Génération Z.Y.X


Générations Z Y X

2018 ! Ca y est, nous Y sommes ! Les Y sont presque tous sur le marché du travail. Les plus jeunes ont une vingtaine d’années, les plus âgés environ 38 ans…. Je ne sais pas vous, mais rien qu’en écrivant « 38 ans »… j’ai un autre regard sur les Y…
Ils représentent quasiment 40 % des salariés français… L’évolution tant annoncée du travail est en marche, et nous, les plus anciens (j’en ai 44, né en 1973), nous sommes toujours là. Finalement, pas de grands changements qui pourraient nous mettre hors de course. Ouf ! Mais alors pourquoi ce buz depuis plus de 10 ans ?


10 ANS DE BUZ POUR RIEN ?

 

Peut-être que c’était tendance de « caster » les générations, surtout celles qui arrivent. Une sorte de « péril jeune » sur fond de transgression « technologique sans vergogne » qui nous effraie alors que nous l’avons nous-même initiée. Car oui, toutes ces technologies « millennials », évolutions sociétales et innovations de la fin du 20ème siècle ont belle et bien été créées par les vieux… les X et les baby-boomers !

Je me demande même, si ce focus « Y », n’étaient pas pour les plus anciens qu’un prétexte pour réaliser leurs rêves. Ceux qu’ils avaient au fond d’eux sans jamais oser l’avouer. Ils ont créé les conditions du changement, les X l’ont tiré … les Y l’ont adopté … les Z vont l’adapter

Alors faut-il faire autant de buz pour les Z que nous l’avons fait pour les Y ? Je ne crois pas et sincèrement, je pense qu’ils ne nous attendent pas.

 

ALORS QUI PRENDRA SOIN DE NOUS MAINTENANT ?

On se pose depuis 20 ans la vraie fausse question de la génération Y. Comment la manager, la considérer, l’employer. Mais eux ? Les Y, se posent-ils la question du management des X ? Sont-ils aussi soucieux de nous que nous l’avons été pour eux ? Feront ils autant de conférences, de séminaires, de formations pour prendre soin de nous comme nous l’avons fait pour eux ? Avez-vous déjà vu un livre écrit par un jeune sur le management d’un senior ? Que nenni. Les seuls qui existent l’ont été par des pré-séniors ou séniors eux-mêmes. Alors quelle est la valeur de notre génération ?

Mais il y a une vague bien plus importante qui gonfle au large… les Z. Les premiers arrivent eux aussi dans nos entreprises. Ils ont tout juste 20 ans !

En 2028, que fera un Z de 30 ans pour nous intégrer tous, nous faire travailler ensemble, pour que les X et les Y se sentent utiles ? Probablement pas grand-chose car pour un Z, se mettre dans la peau d’un Y de 49 ans ou un X de 65 ans n’est pas utile. Pour lui chacun est « entrepreneur de sa vie » et de ses choix. Et dans un sens il aura raison en 2028.

Nous entrons dans une ère de l’autoresponsabilisation. Alors quelles valeurs les Z attribueront-ils à leurs aînés ? En quoi les reconnaîtront-ils ? Serons-nous des boulets de la société d’une autre époque ou une vraie valeur ajoutée ? Et si oui laquelle ? Il est fort probable qu’il ne faille pas attendre la réponse des Z, mais de nous-mêmes, X et Y.

Ceux qui attendent que les Z aient la même sensibilité pour nous que nous l’avons eu pour les plus jeunes se trompent. Dans une société où nous savons que notre retraite ne tient plus qu’à nous-mêmes et non aux générations à venir, n’attendons pas qu’ils nous chouchoutent. Nous devons nous autogérer, comme ils s’autogèreront.

 

LES Z, LA PREMIERE MARCHE D’UN NOUVEAU MILLENAIRE

La société, et nos entreprises évoluent, soit. Mais le changement s’accélère : Culture, valeurs, gouvernance. La finalité même de l’entreprise est en train d’évoluer. Peut-être même la finalité de l’humanité est en train de changer. Nous l’avons initié ! Mais qui va prendre le leadership ? Jusqu’où ira ce changement ?

Evolution ? Révolution ? Disruption ? Sera-t-elle lourde ? Violente ? Douce ? Sera-t-elle initiée par les X ? Ils ont déjà fait leur part… Par les Y ? Peut-être en partie, mais sûrement poussés par les Z. Car oui, les Y aussi vont être poussés par les Z comme nous l’avons été !

Nous avons mis les Y sous les projecteurs pendant 20 ans, comme pour « s’y habituer », alors il est fort probable que ces derniers soient affectivement plus proches de nous que des Z. Les Y sont en quelques sortes la 2ème génération de transition entre l’ancien monde et le nouveau. Les X ont été la première. Les Z, eux, sont d’un autre siècle ! Non, d’un autre millénaire comme la première marche de ce nouveau monde, et les autres suivront.

 

ALORS QUE VA-T-IL SE PASSER ?

Si les Y passent leur tour du changement. Alors les Z créeront la vraie disruption, très rapide, trop rapide. Pas forcément une disruption « générationnelle » mais plutôt une réaction à une société contemporaine trop axée sur le capital et la possession.
Car oui, au final, les nouvelles générations sont au moins, voire plus soucieuses que nous d’une certaine éthique de vie, de notre planète, d’un équilibre humain face à la technologie. La succession des générations est toujours un processus qui se répète. Une génération réparant les fautes des précédentes.
Nous avons peu de certitudes sur l’avenir. Elles se résument en ces 8 points :

  1. La génération Z sera probablement plus disruptive à nos yeux que l’a été la Y. Ces derniers (les Y) amènent des évolutions que nous avons nous-même initiées, mais pas de nette révolution.
  2. Les Z considèreront que l’auto responsabilisation est une valeur forte de la société et de l’entreprise. (Une extension de l’individualisme). Ils sont déjà dans ce modèle à 8, 12 ou 15 ans !
  3. Les Y sont probablement le liant idéal entre les X et les Z. Cela paraît normal de par leur position, mais ils pourraient aussi se voir tués dans l’œuf par des Z qui poussent encore plus fort avec leurs codes. Ceux du 21e siècle !
  4. Les générations Y et Z seront toujours plus volatiles et moins fidèles aux entreprises, favorisant l’expérience et la réalisation de soi et l’accord avec ses propres valeurs, La dernière génération à avoir défendu corps et âme leur employeur ont été les baby-boomers. Les X ont déjà glissé vers une meilleure adéquation avec leurs valeurs personnelles.
  5. Les X devront s’adapter, encore une fois, s’ils ne veulent pas rester sur le carreau. Ils sont donc une génération d’éternelle transition, obligée d’être en constante remise en cause de leur modèle pour coller à ceux qui suivent.
  6. Le monde de l’entreprise va profondément évoluer pour « embarquer » tout le monde, à l’image de la société. A l’orée de ce nouveau monde, des comportements fleurissent, qui touchent toutes les générations. Les barrières entre générations deviennent floues.
  7. On (toutes générations confondues) souhaite désormais renouer avec ce qui est authentique, une sorte de système de valeurs, avec l’instant vécu, avec l’expérience, avec les échanges et la connexion aux autres. Les Y nous ont déculpabilisé sur ce point, les Z vont nous y emmener.
  8. La cohabitation des générations est finalement pacifique et teintée de respect mutuel. Si la société change toujours plus vite, notre propre expérience nous le prouve tous les jours.

 

EN CONCLUSION : DES RESPONSABILITES COMMUNES

Les Z sont nos enfants, et nous sommes leurs parents.

  • A nous les X, de créer ce lien dès aujourd’hui pour qu’ils aient envie d’ici 10 à 20 ans de nous considérer comme une vraie valeur ajoutée, un réel potentiel, plutôt que comme un simple salarié du 20ème siècle en fin de carrière.
  • A vous les Y d’être fiers de votre monde et d’accompagner les Z vers les valeurs de liberté et de développement personnel que vous portez
  • A vous les Z de prendre soin de vous mais aussi de nous et de créer un monde ou l’intelligence humaine gardera toute sa place et sa morale face à l’intelligence artificielle.

Le monde appartient à 3 générations. A nous tous de le construire et le rendre meilleur ensemble

Merci à @Frédéric_Lapeyre sans qui cet article n’aurait jamais existé

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *